Comment poser de bonnes questions : Le questionnement socratique

questionnement socratique

Pour qu’une conversation devienne passionnante, il faut savoir poser de bonnes questions. Et pour cela, il faut réussir à “connecter” les interlocuteurs sur des sujets dans lesquels ils sont impliqués émotionnellement, car personnellement

Le questionnement socratique est un ensemble de techniques permettant justement de poser de bonnes questions. L’idée est de faire une forte connexion avec l’expérience personnelle d’une certaine opinion, croyance, ou pensée, bref, de son propre comportement.

Les différentes techniques pour poser de bonnes questions

Le questionnement socratique est organisé de manière à permettre l’exploration de différentes perspectives dans un thème donné.

Houlà… Qu’est-ce que ça veut dire ça ?

En gros, le questionnement socratique, ce sont toutes les questions qui amèneront l’autre à changer de point de vue sur le débat. Zoomer, dézoomer, regarder d’un autre angle… Autant de moyens pour reconsidérer une pensée et peut-être la modifier, la repenser, l’assainir, restructurer. C’est une technique dominante en TCC, les Thérapies Cognitives et Comportementales.

Comment ça, poser de bonnes questions ?

En général, poser de bonnes questions revient à poser des questions auxquelles il n’y a pas de réponse immédiate, car elle demande beaucoup d’analyse. Les bonnes questions sont celles qui demandent de la réflexion, qui changent de d’habitude, et qui amènent vers des conclusions utiles pour soi.

Par exemple, voici de bonnes questions : 

  • La dernière fois que vous avez fait un rêve détaillé ?
  • Votre apparence physique dans 10 ans ?
  • Le nombre de fois que vous avez dissimulé la vérité aujourd’hui ?

Ces questions sont de bonnes questions car elles présentent les attributs que nous venons de lister plus haut : Elles changent de référentiel (passé/futur), elles restructurent l’esprit, permettent de mettre de l’ordre dans de simples idées, elles attisent l’intérêt. Et surtout, elles permettent toutes de mieux comprendre qui nous sommes. Et ça, c’est une conclusion utile pour soi.

Le questionnement socratique est donc un outil pour :

  1. Mieux réussir à poser de bonnes questions (complexes et intéressantes)
  2. Préparer le terrain à une conclusion utile pour soi

A retenir pour poser de bonnes questions :

Le questionnement socratique est un ensemble d’outils pour poser de bonnes questions. Les bonnes questions sont souvent construites par plusieurs attributs :

  • Projection temporelle
  • Détail et précision
  • Pensée alternative out-of-the-box
  • Écartement des banalités : Habitudes, dogmes, tabous, barrières
  • Conclusion utile pour soi

Questionnement socratique #1 : Projection temporelle

La projection temporelle est une belle forme de questionnement socratique et une technique pour détacher la pensée des ruminations et des blocages sur un problème donné.

Par exemple, si un ami est en galère car il vient de rompre avec sa copine, il est toujours plus agréable de parler de ses projets futurs ou de ses plans pour la suite. Combiné à une bonne dose d’écoute active, cela permet de faciliter le processus de transition et de le préparer à agir.

En anglais, la projection temporelle s’appelle aussi future pacing et est très utile pour le coaching préparatoire et le conditionnement mental.

Questionnement socratique #2 : Précision des termes

La précision est une technique largement employée en PNL et permet de mieux comprendre la pensée exprimée par l’interlocuteur. Demander des précisions sur les termes employés est une manière très efficace de poser de bonnes questions. Il existe plusieurs manières de tenter de préciser un discours : 

  • Précision sur le sujet (qui exactement ? Quoi exactement ?)
  • Précision sur le contexte (où exactement ? Avec qui exactement ? Quand ?)
  • Précision sur la manière (comment exactement ?)
  • Toutes les autres formes de précision qui vous viendront à l’esprit

Il est important de comprendre que le travail effectué sur la précision et sur le questionnement socratique en général permet de clarifier les faits. Cela permet de mieux comprendre la situation et, naturellement, de chercher de nouveaux axes de conversation.

Questionnement socratique #3 : Evaluation perceptive

L’évaluation est une technique de TCC extrêmement puissante qui permet de structurer fortement l’esprit d’une personne en la faisant délimiter l’ampleur d’un thème donné pour elle.

L’idée est ici très “carrée” et demande l’utilisation “d’échelles” mentales, comme des pourcentages ou des notes sur 10.

Par exemple : De 0 (pas du tout) à 10 (tu meurs sinon), à combien as-tu besoin de changer d’air en ce moment ?

Bonne question, non ? Cette technique est aussi très pratique car l’échelle peut à tout moment être “repensée” pour mieux diriger l’autre vers une destination plus saine.

En gros...

La Programmation Neuro-Linguistique (PNL) chère à nos psychologues, managers et leaders du monde actuel nous a permis de compacter plusieurs techniques ancestrales et de les appliquer à beaucoup de contextes différents. En l’occurrence, en TCC, on retrouve l’utilisation très consciente du questionnement socratique sous la forme de plusieurs techniques dont certaines furent divulguées dans cet article.

Cela permet de poser de bonnes questions pour passer un moment agréable avec quelqu’un et diriger vers des conclusions utiles pour soi !

Stop ! Avant de partir !

Si vous avez trouvé cet article utile, n’hésitez pas à le commenter, le partager, ou en parler à votre entourage ! 

Sat Nam 💜

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *