Le secret des conversations infinies

  • Faire durer une discussion 
  • Contrôler les “blancs” 
  • Gagner du temps et faire parler l’autre

Vous désirez parler avec quelqu’un pendant des heures ? Passer du temps avec eux mais ne pas vous ennuyer ? Enfin savoir quoi dire ? Vous voudriez développer votre tchatche, vos talents de conversationnaliste ? Votre gestion thématique (la “GT” pour les vrais) ?

Le mindset

Il y a deux grandes idées à garder en tête pour arriver à créer des moments pareils.

Hack #1 : Contrôler le changement du sujet

Savoir passer d’un sujet à un autre, complètement différent du premier. Maîtriser le flux de conversation est une qualité très puissante, mais ça nécessite une prise de responsabilité. Vouloir diriger un navire, c’est aussi assumer les accidents d’iceberg.

Toujours garder en tête que vous pouvez laisser la barre, si ça permet un flux global plus élégant

Hack #2 : Focaliser 100% de l'attention

Pas 95% ou 98%. Chaque conversation compte car celui qui parle est extrêmement vulnérable. C’est un fait connu des techniques d’interrogation.  Focaliser 100% de l’attention permet donc de relever les subtilités de ses paroles.

Surveiller ces 3 trucs :

#1 : L'apparition et la disparition des sujets

#2 : Le temps de parole accordé à chaque sujet

#3 : L'émotion et l'intensité de ces sujets

Imaginez, si vous pouviez repérer ces subtiles variations, ce que vous feriez de la conversation ! Ça ne vous donne pas envie de creuser, d’explorer ? Hm, ça me fait penser… La spéléologie est une activité passionnante. La spéléologie, une activité faite pour l’Homme à votre avis ? Et ça n’a aucun rapport. Mais maintenant, on peut en parler pendant 2h. 

Phase #1 : Gagner du temps

Poser des questions engageantes

Ça, ça vous permettra d’observer et réfléchir. Pendant que votre interlocuteur tente de développer une réponse qui tient la route, vous avez tout le temps de songer à la direction que va prendre votre débat. Qu’est-ce qui se dit ? De quoi avez-vous envie de parler ? De combien de façons différentes pouvez-vous amener le sujet ? Quelle est la plus belle de toutes ces manières ?

Commenter sur ce qui a été dit

Vous n’avez qu’à dire ce qui vous passe par la tête.

Tu dis ça, mais c’est pas faux ! En 2003 aussi c’était le cas…

Non seulement ça vous rendra agréable et engagé, mais en plus ça donnera l’opportunité à l’autre de rebondir sur vos propres mots. En clair, en attendant de trouver le bon chemin pour véritablement changer de sujet, renvoyez-lui la balle !

Phase #2 : Attraper un sujet au vol

Une fois que vous avez décidé de ce dont vous voudriez parler ensuite, le plus dur est fait ! 

Faire une corde avec de l'herbe

A partir de maintenant, il faut s’entraîner à rebondir. Rebondir, sur n’importe quel sujet. Dites-vous bien que tous les sujets sont bons. Il n’y en a pas un meilleur qu’un autre. 

Ça vous est déjà arrivé, de “refaire le monde” avec quelqu’un, sans effort particulier de votre part ? Ce qui se passe, dans ces moments, c’est qu’on est comme happé dans un flux conversationnel intarissable. Peu importe si on n’a pas exploité un sujet jusqu’au bout, puisqu’il donne naissance à 10 thèmes encore plus palpitants

Exemple. Après mûre réflexion pendant la Phase #1, vous voulez parler d’astrophysique.

X : J’étais avec mon chien blablabla…

Vous : Ah les chiens. Ils ont envoyé un chien dans l’espace, les russes. Je trouve ça fou, l’espace. Pas toi ?

Voilà, c’est tout ! Si ça ne prend pas, si la corde n’est pas assez solide, il faudra juste essayer avec un autre brin d’herbe. Trouver un meilleur moment. Retourner à la Phase #1.

Essayez-vous à ce petit jeu. Si vous devenez bon à ça, si vous développez votre gestion thématique (GT dans le milieu), vous verrez : votre monde va changer. Et il changera fort. 

Technique bonus : "I am cool"

Ça arrive parfois, que le confort soit absent. Dans ce cas, votre gestion du rapport tombe complètement à l’eau. Ça ne sert à rien de tenter d’avoir une discussion infinie avec quelqu’un qui n’est pas à l’aise avec vous, si vous le prenez de court. Dans ce cas, la meilleure chose à faire, c’est de prendre une des deux options : 

Option #1 : Dire au revoir, et se barrer

Bah, à un moment faut se rendre à l’évidence. C’est pas le moment, c’est pas le moment, lol, et puis ça ne sert à rien de perdre trop de temps. Ça vaut pas le coup quoi !

Option #2 : Montrer que vous êtes la personne la plus cool de la Terre

Accepter le challenge. Okay, pas à l’aise, pas grave. Adaptez-vous. Choisissez un sujet au hasard. Parlez tout(e) seul(e) et tendez des perches.

  • Poser des questions
  • Parler pour l’autre, faire des suppositions : En espérant que vous vous trompiez, les gens ont horreur qu’on pense d’eux des trucs complètement à côté de la plaque 😉
  • Commenter sur du superficiel : Mine de rien, les sujets faciles font moins peur. Il y a plus de chances pour qu’on saisisse la perche.

Ça en boucle, jusqu’à ce qu’il soit assez à l’aise pour en saisir une. Et là, go Phase #1 !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *